L'Île Grande

Pedestre A Pleumeur-Bodou

6.6 km
Pedestre
2h
Facile
imgcarousel-name-mising
  • Documentazione
    I file GPX \/ KML ti consentono di esportare il percorso dell'escursione sul tuo GPS (o altro strumento di navigazione)
  • Clientele accettate
    • Individuale
Punti di interesse
1 Départ : Point Info Rue des Îles
Point de départ de la randonnée
2 L'église Saint-Marc
Du parking, dirigez-vous vers l’église Saint-Marc dans un style néo-roman primitif. Avant qu’elle ne devienne paroisse le 12 Décembre 1922, l’Île grande était rattachée à la paroisse de Pleumeur Bodou. Cependant l’église de Pleumeur était trop éloignée, il fallait compter 3 heures de marche aller-retour. Cette église fut donc construite en 1909 car les pratiquants île-grandais se faisaient de plus en plus rares.
Vous y trouverez deux vieilles statues : celle de Saint-Marc et celle de la Piéta. L’abbé Conan, dernier recteur résidant y avait installé une statue de l’Ankou (qui représente la mort).
3 Le Lavoir de l'Île Grande
Au croisement, prenez à gauche, rue Run Losket. Après la dernière habitation, empruntez le sentier sur votre droite.

En contrebas du chemin se trouve le dernier lavoir encore existant à l’Île Grande. Il était alimenté en eau par les fontaines mais aussi, de par sa proximité du rivage, il se remplissait d’eau de mer lors des grandes marées. Les lavoirs avaient plusieurs rôles : un rôle pratique puisque les femmes y lavaient leur linge mais aussi social puisqu’elles donnaient et prenaient des nouvelles de tout le monde. (« radio-lavoir ») La fontaine dite « du Marais » lui fait face.
4 Le Marais maritime de Kervoalant
Poursuivez le sentier et longez le marais maritime de Kervoalant (pré-salé). Ce sont des étendues plates constituées de sédiments fins (vase ou sable fin) acceptant une submersion à haute mer (à partir du coefficient 80). Peu de plantes s’adaptent à ce milieu : elles sont appelées halophiles. Plus la plante est située haut dans le marais, moins elle supporte le sel.
Le marais constitue le premier maillon de la chaîne alimentaire, c’est aussi le lieu de vie des oiseaux d’eau et de nombreux oiseaux migrateurs.


Autrefois, on récoltait la Soude pour en faire du savon a lessive, on y récoltait le sel, la Salicorne (condiment) et on y pratiquait l’ostréiculture et la mytiliculture. Les marais servaient aussi de lieu de pâturage pour les moutons et les vaches.
5 La Fontaine Saint-Sauveur
Au bout du chemin, vous apercevrez une table d’orientation, traversez la pelouse.

Face à vous, de l’autre côté de la route, se trouve la Fontaine sacrée Saint-Sauveur. La légende dit que les amoureux lui confiaient jadis deux petites mies de pain. Si elles se rejoignaient à la surface du petit bassin, ils pouvaient se marier sans crainte. De même, lorsque les petits tardaient à marcher, il était recommandé de les plonger trois fois de suite dans les eaux de la fontaine.
6 Le cimetière
Suivez la rue Molène et passez devant le cimetière où se trouvait jusqu’en 1918 l’ancienne chapelle Saint-Sauveur. Ses pierres sont celles qui ont servi à la construction du mur du cimetière et la statue de Saint Marc qu’elle abritait (provenant de l’île Aval) fut transférée à l’église qui porte aujourd’hui son nom.
7 Le port de Saint-Sauveur
Avant la cabine téléphonique, descendez la première rue à gauche puis reprenez le sentier à droite. Passez le Port Saint-Sauveur.
A l’époque où l’extraction de granit est à son apogée, une pétition est signée en juin 1898 pour la construction d’un quai d’embarquement. Il sera construit en 1907 par les carriers eux-mêmes.
8 La pointe de Toul ar Staon
Marchez jusqu’à la pointe de Toul ar Staon. L’exploitation fut intense pour son granite très riche en mica blanc. Vous y trouverez les ruines d’une ancienne maison de goëmoniers partiellement construite en pierres de taille. Elle servit d’abri pour les carriers jusqu’au début du XXe, puis, d’auberge de jeunesse. Elle fut bombardée par les allemands pendant la seconde Guerre Mondiale. En face de cette pointe, sur l’Ile Canton, d’autres ruines de l’ancienne forge de carriers sont encore visibles.
9 La station LPO
En revenant de la pointe de Toul ar Staon, suivez le sentier de gauche en direction de la station LPO (Ligue pour la protection des oiseaux) fondée en 1912 pour la protection de couple de macareux suite à une chasse organisée par des touristes. Vous pourrez vous laisser charmer par les galets blancs de la Grève de Castel Erek qui bordent le sentier et tenter à votre tour de les faire tenir les uns sur les autres. Le grand trou rempli d’eau que vous apercevez fut autrefois, le lieu d’exploitation de granit le plus important de la presqu’île. (Milieu du XIXe au milieu du XXe siècle)
10 La pointe de Kastel Erek
Poursuivez jusqu'à la pointe de Kastel Erek qui représente le plus important des chantiers de 1908 à 1979. Une 100ène d’ouvriers pour 200 à 250m de chantier et un volume d’extraction du granit bleu et gris très élevé. La pierre est extraite de la grève que vous avez vue auparavant et est emportée par une grue se déplaçant sur des rails le long du chantier. La carrière fut cédée à la LPO en 1979.
11 Lieu dit "le lion"
En revenant de la pointe, empruntez le sentier sur votre gauche. Vous longerez la plage de Pors Gwenn jusqu’au lieu-dit du « lion », face au rocher du Corbeau. Le rocher du corbeau tient son nom de la légende selon laquelle, la fée Morgane, jalouse de la reine Gwenn Arc'hant (Blanche d'argent), aurait enlevé le roi Arthur au cours d'une fête en son château de Kerduel (Pleumeur Bodou) et l'aurait emmené sur ce rocher où elle l'aurait transformé en corbeau pour qu'invisible, il puisse visiter son domaine. Au bord de cette falaise se trouvent quelques vestiges des rails du train qui sillonnait les carrières de la presqu’île pour y charger des blocs de granit et les transporter jusqu’au port. Vous y trouverez également une statue érigée en hommage aux carriers, construite le 19 Septembre 2011, suite à une demande anonyme
12 "Ty Gwerd" corps de garde
Poursuivez le sentier puis prenez à droite en direction du point culminant de l’Île Grande, à l’endroit même où se trouvait au début du siècle, l’observatoire des douaniers, appelé « Ty Gwerd » (corps de garde) construit en 1778 dépendant avec celui de Keryvon de la capitainerie de Lannion. Les douaniers étaient chargés de contrôler la contrebande. Il est aujourd'hui détruit, seul demeure l'amoncellement rocheux sur lequel il était bâtit.
13 Allée couverte "Ty Lia"
A droite du grand rocher, remontez tout droit pour rejoindre la route. Sur votre gauche, vous apercevrez des habitations, qui, hier, étaient des bâtiments de la carrière. Sur votre droite, l’allée couverte « Ty Lia », érigée à la fin du Néolithique et classée monument historique le 23 Janvier 1956. En granite de l’Ile Grande, elle mesure 8.50m de long et 1.60m de large. La hauteur des dalles varie de 1m à 1, 40 m.
14 Le calvaire
Descendez la rue du Dolmen. Au deuxième croisement, tournez à droite, passez le calvaire datant du 18ème siècle, taillé dans le granite représentant le Christ en croix. Puis traversez le bourg pour regagner le point Info
Sito ufficiale del Turismo in Bretagna
I nostri suggerimenti